MiXiT 2017, jour 1 post

Aug 02 2017 - Dev, Agile, Savoir vivre de dev

L'orchestre un modèle de gestion de groupe ?

Des musiciens et leur chef d'orchestre se sont produits devant nous, en nous expliquant le rôle de ce dernier. J'ai enfin compris à quoi servait ce type qui agite sa baguette. Ca a l'air simple comme ça, jusqu'au moment ou il se fait remplacer par quelqu'un du public, qui galère follement.

Très bonne présentation sur la gestion d'un groupe, sa cohésion. on peut faire le parallèle avec d'autres types d'équipes, à commencer par le milieu professionnel. La présentation montre comme les musiciens se comportent et comment cela influe sur la musique jouée selon que le chef d'orchestre soit présent ou pas. En son absence, on peut nommer un musicien "repère" sur lesquels les autres vont s'aligner. Et selon ce choix, le rendu sera totalement différent. Aussi, il donne l'exemple de la contrebasse qui à un moment du morceau s'arrête de jouer. Les autres joueurs s'arrêtent alors, car elle ne peut plus donner le rythme.

La naissance de la gonette

Je ne connaissais pas le principe : il s'agît d'une monnaie locale. La page d'explication de leur site web résume bien le truc, elle correspond à ce qui a été présenté à l'oral.

J'ai surtout appris qu'actuellement, 98% des transactions se faisaient sur les marchés financiers. Seuls 2% ont lieu dans l'économie réelle. C'est rigolo ça.

Cargo cult agile

Première partie du talk d'Émilie Esposito qui consiste à expliquer le cargo cult. Si vous ne connaissez pas, je vous conseille vivement de taper le terme dans Google images.

Seconde partie dédiée aux équipes qui font de l'agile sans faire de l'agile, qui croient en faire mais qui font n'importe quoi. Seul regret : le talk énumère les mauvaises pratiques, mais ne donne aucune piste pour y remédier.

Les points qui ont retenu mon attention :

  • Quand le chef participe/assiste au stand-up, gros risque de transformer ce moment en compte-rendu au chef.
  • La rétrospective qui dérape : attention à ne pas se focaliser sur les problèmes externes à l'équipe.
  • La culture de l'entreprise ne peut être mise en place que par les dirigeants. Ça ne pourra jamais venir du bas.
  • Attentions aux "marabouts", les experts qui préconisent des solutions sans connaitre les collaborateurs.

Il est temps de repenser notre manière de travailler !

Marie-Cécile Paccard fait un état des lieux un peu déprimant de la place du travail dans notre société.

Difficile de prendre des notes de ce talk militant quand on le passe à boire les paroles de la speakeuse ultra énergique et à hocher de la tête en criant intérieurement "Oui, mais oui, EXACTEMENT, OUI, C'EST ÇA !".

J'ai particulièrement apprécié la petite critique ironique des placebos un peu branchés qu'on pose sur les travailleurs : le yoga, les Chief Happiness Officers... alors qu'on croise tout ça au MiXiT.

Un petit point de désaccord (ou plutôt un vécu différent) sur un détail : Marie-Cécile explique que le salariat + CDI rassure l'entourage, et nous vaut l'approbation de nos proches. De l'autre côté, lorsqu'on se lance en freelance/indépendant/entrepreneur, on fait paniquer sa famille et ses amis. C'est plutôt l'inverse que j'ai observé de mon côté : beaucoup de "tu travailles à ton compte, c'est bien, au moins t'as pas de chef pour t'emmerder". Soupirs...

Quelle éthique pour les développeurs ?

Talk animé par Guillaume Champeau de chez Qwant, un moteur de recherche qui respecte la vie privée de l'utilisateur, au contraire de Google. Il le dit avec plus de tact que moi.

J'ai appris qu'il existait un code d'éthique et de déonthologie de l'ingénieur logiciel. La raison pour laquelle peu de monde le connait, c'est qu'il n'y a pas d'ordre des développeurs comme il existe un ordre des médecins, des pharmaciens etc. Ainsi, pas de punition en cas de manquement aux principes dictés par ce document. Les ordres existants ont été créés suite à de grosses boulettes ou abus de la part des personnes concernées. Il se peut qu'un jour, avec un peu de chance, un développeur fasse un truc qu'il fallait pas faire et que l'on créée un ordre des ingénieurs logiciel.

Qwant n'a pas d'historique de recherche. Aucune mémoire de ce que les utilisateurs ont cherché. Ainsi, ils respectent la vie privée et restent neutres : impossible de tracer les opérations des utilisateurs, ou de devoir les mettre à disposition d'un gouvernement fasciste (on sait jamais, ça peut arriver), car ils ne peuvent pas. Moi qui m'apprête à lancer un site d'e-commerce sans panier et sans compte client (certes avant tout pour des raisons de simplicité), ça me conforte dans mon idée.

L'allaitement au travail

Par Agnès Haasser et Sarah Haim.

Je n'ai pas encore d'enfant, donc le talk a été très instructif. J'entends encore le son menaçant de la pompe du tire-lait. En dehors de ça, c'était très drôle. Les principaux enseignements que j'en retire d'un point de vue "collègue masculin" :

  • Il faut prévoir des salles pour l'allaitement dans les entreprises.
  • Il ne faut pas faire de vannes sur les femmes qui "tirent leur lait comme des vaches à traire". Ça parait assez évident à dire, mais l'exaspération des présentatrices montre que ça ne va pas de soi.

j'en ai aussi appris plein sur le fonctionnement des nichons. Incroyable mécanique pleine de surprises.

Moment de flottement lors des questions/réponses lorsqu'un membre du public (plein de bonne volonté mais un peu maladroit) a demandé s'il y avait d'autres sujets importants à prendre en compte avec les femmes au travail. Je ne me souviens plus de la réponse exacte, mais ça ressemblait à "arrêtez de nous harceler et augmentez nous de 20%".

Des robots qui s'adaptent à leur environnement

J'ai du partir au milieu de cette conf de Stéphane Doncieux à regret, à cause d'une urgence boulot, du coup je n'ai pas tout vu. mais je retiens un truc important à mettre en parallèle avec mon métier. Ce robot :

C'est un robot "tout terrain" avec de grosses capacités de franchissement, qui a la particularité d'être relativement simple. On voit souvent des vidéos de robots marcheurs incroyablement compliqués, qui essaient de tenir sur des terrains escarpés en gardant l'équilibre à l'aide de leurs centaines de capteurs/processeurs/moteurs. Ce petit robot, ce sont 6 axes qui font tourner de bêtes spatules. Il y a quand même un peu d'intelligence sur la coordination des 6 axes, mais ce n'est rien comparé aux robots à pattes. Belle mise en oeuvre de KISS.

Tips for better problem solving et Myths and patterns of organizational change

Deux talks par Linda Rising, une femme d'expérience qui en impose.

Ses deux talks parlaient principalement de savoir vivre et savoir être en entreprise : l'un était concentré sur l'origanisation personnelle, alors que l'autre était plus porté sur les interactions avec le reste de l'équipe/société. Je trouve que c'est le genre de talk qui a plus d'intérêt à être vu en live qu'à être rattrapé à l'écrit : Les talents d'oratrice de Linda sont ce qu'il y a de plus intéressant à voir.

Le fond me semble assez classique si on s'intérèsse déjà un peu au sujet : il ne faut pas travailler trop d'heures d'affilée, il faut réfléchir en marchant, il ne faut pas faire de réunion de brainstorm, il faut faire des siestes (courtes)... C'est sur la forme que les talks se démarquent remarquablement, grâce au charisme et à l'expérience de Linda : je vous conseille de les écouter, ça doit se trouver sur Youtube.

Apprendre à apprendre

Laurent Victorino, développeur de jeux vidéos, introduit son talk en racontant son parcours académique très chaotique et intéressant. Et il enchaine en parlant des élèves à qui il donne des cours de développement. Super dans la forme, avec beaucoup d'humour.

Sur le fond, je retiens surtout un sujet qui me parle beaucoup : Laurent avoue et assume "chambrer" ses élèves régulièrement et bien fort. Ce qui a mené à plusieurs questions du public, s'interrogeant sur le fait qu'il pourrait potentiellement "traumatiser" certains élèves peu réceptifs au second degré. Il n'a pas sorti de réponse imparable, donc je resterai prudent sur le sujet. Mais en tant que grosse raclure qui adore casser n'importe qui (y compris moi) dès qu'il y a une vanne pourrie à faire ou une petite faiblesse à exploiter, j'apprécie que quelqu'un d'autre assume aussi cet état d'esprit basé sur l'autodérision. Le meilleur prof que j'ai jamais eu enseignait le français, et il a réussi à m'intéresser à la littérature à grand coup de vannes hyper violentes sur ma molesse d'adolescent immature. Je suis sûr qu'on peut rendre le monde meilleur en se balançant des parpaings prosaïques à la gueule.

D'autres points en vrac :

  • "Pas besoin d'être fort en maths pour être fort en programmation. Je suis une quiche en maths, ça ne m'empêche pas de programmer. Ce ne sont pas les mêmes façons de penser qui sont à l'oeuvre". Je suis à 90% d'accord, et ça fait du bien de l'entendre. Les 10% qui restent, c'est quand même car il y a certaines disciplines en ingénierie logicielle qui demandent un gros background en maths.
  • "les élèves n'apprennent pas, ils répètent" : Je retrouve là mon comportement au lycée, quand j'étais en échec scolaire. Je ne sais pas du tout ce qu'on peut faire contre ça.

Flux Atom

C'est par là