Mon matériel pour filmer des événements post

Jul 17 2017 - Vidéo

On me demande souvent quelle est la caméra/les objectifs/les machins avec lesquels je tourne mes vidéos. Voici la liste détaillée.

Cet équipement est montré dans l'état actuel : il est différemment arrangé par rapport à hier, et il en sera probablement encore autrement demain, selon mes expériences futures. Je l'utilise pour tourner des reportages d'événements (mariages, conférences, séminaires etc.). Ainsi, la priorité est donnée à la rapidité de mise en oeuvre et la mobilité. Je suis plutôt satisfait du résultat, sauf sur un point : c'est plutôt lourd, ça muscle !

Caméras

Caméra principale : Panasonic GH4. Assez classique, appareil très réputé pour ses performances vidéo, avec un excellent rapport qualité prix.

Caméra secondaire : un bon vieux Canon EOS 550D. Il commence à avoir un certain age, mais il sert très bien pour les angles de vue secondaires "au cas où", attaché à un poteau. Il sert aussi en cas d'urgence absolue, si un problème se manifeste sur le GH4.

Objectifs

Je filme principalement avec un Sigma 30mm F/1.4 en ouvrant à fond, pour deux raisons :

  • le bokeh c'est cool ;
  • je suis dans beaucoup de situations dans la pénombre, ce qui nécessite un objectif lumineux.

Quand l'occasion se présente, j'utilise aussi un Canon 10-18mm. Grand angle très bourrin, tendance vulgaire. Mais bien utilisé, ça peut faire un joli travelling, un beau panorama. Aussi, sa faible ouverture et sa courte focale rendent la mise au point aisée : une fois faite, je ne la change plus durant le plan.

En complément de ces deux objectifs principaux, j'utilise dans des cas très particuliers un 50mm F/1.8 et un 55-250mm pour les sujets lointains (speakers en conférence par exemple). Ce ne sont pas des objectifs d'une qualité hallucinante, mais pas besoin de mettre plus de budget pour le peu de plans qu'ils servent.

Enfin, j'ai le joker : l'objectif Canon 18-55mm de base tout moisi mais qui m'a déjà bien aidé en situations d'urgence.

Bague d'adaptation et Speedbooster

Pour monter des objectifs Canon sur mon Panasonic, j'utilise la bague DEC lensregain d'Aputure, dont j'avais déjà parlé dans un précédent billet. Cela me permet de bénéficier d'un cran d'ouverture supplémentaire, d'une focale légérement réduite, et surtout de la manette de commande de mise au point très utile, surtout quand j'utilise le Gimbal (voir ci-dessous).

Shoulder rig

Tout ce bordel est fixé sur un shoulder rig de la marque Neewer un peu trafiqué/scié/démonté/remonté/retourné.

On me dit souvent que le truc qu'on calle sur l'épaule doit probablement aider à soutenir le poids de l'engin. Pas vraiment en fait, ça sert surtout à stabiliser l'image : les appareils photo comme le GH4 ont énormément de qualités par rapport aux traditionnelles caméras (prix avant tout, mais aussi taille, poids, polyvalence), mais il y a une contrepartie : ils n'ont pour la plupart pas de stabilisation. Le moindre tremblement des mains est répercuté à l'image, ce qui donne des microsecousses très désagréables à l'oeil humain. Caler l'appareil contre son corps permet d'éliminer ces secousses.

On obtient donc un style d'image "caméra à l'épaule" et pas "caméra au poing", et ça fait beaucoup de différence.

Gimbal

Pour aller plus loin dans la stabilisation en me permettant de courir dans tous les sens tout en gardant une image propre, j'utilise de temps en temps le gimbal Nebula 4200 de Filmpower.

Je suis content de l'avoir, j'arrive bien à l'utiliser, mais je ne recommande pas de l'acheter : il est difficile à équilibrer, à configurer et à manier. Aussi, il utilise une saloperie de système de batterie "intelligente" propriétaire, qui force à acheter les batteries de la marque, plutôt chères de surcoît. Reste son prix comme avantage, bien en dessous de la concurrence à sa sortie.

J'ai fixé le Gimbal directement sur le shoulder rig :

Ça donne quelque chose d'assez lourd, voir un peu trop. Mais c'est nécessaire afin de pouvoir passer facilement d'un filmage à l'épaule à un filmage au Gimbal : retirer la caméra, fixer le Gimbal à la place, remettre la caméra sur le Gimbal, et c'est fini. Pas besoin de déplacer l'écran, la manette de mise au point, le micro etc.

Moniteur externe

Accessoire important pour éviter les mises au point ratées. Encore la marque Aputure pour ce joujou, le modèle Aputure VS-2 FineHD. Modèle assez réputé pour son prix relativement bas par rapport à toutes les fonctionnalités qu'il propose. Ma fonctionnalité préférée et qui est constamment activée : le focus peaking. C'est la vie, c'est génial. Il y a d'autres aides disponibles, notamment pour la balance des blancs et l'exposition, mais je gère principalement ces paramètres "à la volée" : sur des mariages ou des conférences en mode reportage, pas le temps de niaiser, je fais au mieux quitte à retoucher un peu au montage.

Après, cet écran n'est pas non plus l'accessoire ultime pour réussir ses mises au point : il faut un temps d'adaptation quand on a l'habitude du petit écran, qui donne l'impression d'avoir une meilleure définition que le moniteur externe 2 fois plus gros (même s'il a bien une résolution plus élevée). Au premier abord, on trouve le piqué du moniteur externe beaucoup moins fort. Aussi, le moniteur est beaucoup plus sujet aux réflexions et perturbations du soleil que l'écran du GH4, même avec le cache fourni. Attention donc aux tournages en extérieur.

Malgré ces deux points d'attention, c'est vraiment un plus d'avoir ce genre d'écran, surtout quand on utilise le Gimbal, qui rend l'écran de la caméra quasi invisible.

Attention, ce genre d'écran suce de la batterie en continu. J'ai acheté une bonne grosse batterie supplémentaire (le truc rouge sur les photos) qui me permet de tenir une journée entière, mais du coup ça alourdit fortement l'équipement.

Microphone

Mes vidéos sont surtout des "clips", et je suis seul à filmer, je n'ai pas de preneur de son à ma disposition. J'insère de temps en temps des morceaux de discours ou déclarations au milieu, ou bien il m'arrive de filmer parfois un speech en entier, mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Ainsi, j'assure le minimum avec un Sennheiser MKE 400. Même pour mes besoins restreints le micro interne de la caméra n'est pas une option.

Restent deux sources de bruits parasites que le micro capte :

  • le bruit des moteurs du gimbal ;
  • le bruit du moteur de la bague de mise au point d'Aputure.

Ces bruits sont très légers, inaudibles quand la scène filmée est déjà bruyante, mais perceptibles quand c'est le silence.

Je réfléchis à potentiellement acheter un micro pour réaliser des interviews, afin d'éviter de choper tous les bruits de fond en même temps que mon sujet, mais pour l'instant je n'en ai pas besoin.

Les autres trucs

J'emmène toujours avec moi un trépied photo tout pourri. Il me sert rarement, pour parfois poser ma caméra secondaire dans un coin tout au plus. Seul désavantage : c'est un truc en plastique tout moche qui fait vraiment amateur. Je n'ai pas besoin de plus, mais ça ne renvoit pas forcément une image très pro quand d'autres professionnels sont présents.

Accessoire indispensable, une demi douzaine de ces trucs :

Obligatoire pour bouger rapidement un machin (principalement les caméras mais pas que) d'un point de montage à un autre. J'en abuse dans tous les sens.

Et enfin : du ruban adhésif. On en a toujours besoin et ça fait pro d'en coller un peu partout pour rien. Ah et il faut appeler ça du "gaffer" pour vraiment avoir l'air de connaître son métier.

Et au niveau discrétion ?

Tout ce bordel peut paraitre imposant, mais il n'en est rien : je suis un peu plus "remarquable" qu'un photographe, mais peu de gens font attention à moi. Et quand c'est le cas, certains aiment bien jouer avec moi, me faire des grimaces, sortir des vannes, ça donne de très bonnes choses au montage ! Il arrive (certes rarement) que des personnes soient intimidées par la caméra. Ça se voit instantanément dans le viseur. j'essaie alors de ne pas la braquer directement sur eux et de m'éloigner.

On dirait même que mon matériel est moins imposant que le ventre de ma femme :

Au passage, je vous conseille de vous méfier des vidéastes assurant une totale discrétion en mode "personne ne se rendra compte que l'événement est filmé" : plus la caméra est petite et cachée, plus l'image est moche, tremblante et floue.

Pas de drone

En tant que gros geek, je pense que je craquerai un jour pour l'achat d'un drone, rien que parce que c'est drôle à manier. Mais en l'état, j'ai une infinité de raisons de ne pas m'en doter :

  • Ma marque de fabrique, c'est de me concentrer sur les gens, leurs interactions, leurs émotions. On ne capte rien de tout ça à 50 mètres d'altitude.
  • On peut tout à fait faire un beau plan d'ensemble d'un lieu majestueux sans drone.
  • J'ai déjà réussi plusieurs fois à faire croire à l'utilisation d'un drone en montant ma Gopro sur un stabilisateur lui même fixé au bout d'une perche de 2m.
  • Le prix du drone et de la formation obligatoire feraient monter le prix de ma prestation.
  • Le temps passé à installer le drone, le manier et le ranger, c'est du temps en moins pour vraiment filmer ce qui est intéressant.
  • Il y a des grosses contraintes de sécurité : ce serait dommage de faire tomber le drone sur un invité.

Bref, un drone ça donne des images sympas, ça permet de faire de très beaux plans de transitions, mais dans la mesure où ce n'est pas indispensable et que c'est contraignant à plein de niveaux, je ne recommande pas.

Pour plus tard

Pour toujours plus de mobilité, je cherche un bon sac à dos bien optimisé avec possibilité d'accéder aux différents compartiments d'une main sans l'enlever. Ça sera surement le prochain achat.

Flux Atom

C'est par là