Adapté au cinéma : The Prestige post

May 18 2016 - Cinéma, Adapté au cinéma

Ça m'a pété, je me lance dans une série d'articles sur les différences entre les livres et les films qu'ils ont inspiré au cinéma.

Synopsis

Ça parle de la rivalité entre deux magiciens au temps des machines à vapeur et des pieds qui puent : Borden, surdoué qui ne sait pas se vendre ni se mettre en scène, et Angier, un véritable showman mais sans réel talent pour la magie. Les deux gus font donc penser à des développeurs.

Comparatif en court et sans spoiler

Le livre raconte un peu plus d'évènements que le film, à travers une temporalité plus étendue. Mais le film est lui beaucoup plus riche thématiquement, notamment grâce à une fin totalement différente.

En détails et avec spoilers

La structure des deux oeuvres est similaire : l'histoire nous est principalement contée par les journaux intimes des deux magiciens. On passe de l'un à l'autre de manière fluide. Le livre dispose d'une couche temporelle supplémentaire en s'intéressant aux descendants des deux personnages via un arc narratif se déroulant de nos jours.

La grosse différence se trouve dans le fonctionnement de la machine à cloner créée par Tesla et utilisée par Angier :

  • dans le livre, la machine créée un clone et vide l'original de toute forme de vie ;
  • dans le film, la machine créée un clone sans que l'original ne meurre. Angier fait croire à la téléportation en se clonant à l'autre bout de la scène et en tuant son "original" dans la foulée, en le faisant tomber dans un réservoir d'eau, ce qui le noie.

Ainsi, tout ce qui découle de l'arrivée de cette machine rend les deux oeuvres très différentes. Dans les deux cas, un incident survient :

  • dans le film, Angier met en scène sa mort en tuant un de ses clones et en faisant porter le chapeau à Borden qui s'était introduit sous la scène pour percer le secret du tour de magie.
  • dans le livre, Borden va aussi fouiller sous scène, mais il provoque un accident en touchant à tout comme un goret : involontairement, il arrête la téléportation pile au milieu du processus. Ainsi, Angier reste sur scène, mais son double a été créé "à moitié" à l'autre bout de la scène : la copie est translucide, une sorte de fantôme. S'en suit une fin ou l'Angier original meurt à petit feu des suites du foirage, et la copie transparente vit indéfiniement. Elle croise même les descendants de l'arc narratif dont je parlais plus haut.

Cette fin du livre fait très "série B". Récit fantastique un poil tiré par les cheveux. Je trouve celle du film beaucoup plus forte car elle va au bout de la rivalité entre les deux magiciens : Angier doit rentrer tous les soirs dans cette machine et se suicider. C'est un sacrifice qu'il fait pour combler son manque de talent, son incapacité à inventer un tour de magie de ses propres mains. Dans le livre, le personnage a une vraie addiction à sa machine, elle ne le fait pas souffrir comme dans le film. Un parallèle est fait avec le sacrifice de Borden : mener une double vie avec son jumeau caché afin de faire croire qu'ils sont une unique personne qui se téléporte à volonté. Ici il y a du talent, une astuce en mode système D.

On peut aussi voir une mise en abime du cinéma dans l'opposition de ces deux magiciens dans le film. L'un, fauché et doué, fait penser aux films d'auteurs. L'autre, plein de succès, fascinant, mais sans âme, représente les mauvais blockbusters.

Autre exemple de la plus grande force du film par rapport au livre : il arrive à rendre palpable la frustration du magicien qui reste sous la scène pendant les applaudissements, en un seul plan. Toute cette séquence dans laquelle le magicien utilise un sosie pour faire croire à la téléportation est dans le livre, mais le film rend ce passage plus ludique, plus tendu et plein de sens pour ce qui va suivre.

Parallèle fait avec ses doubles qui mourront plus tard chaque soir sous scène. Parallèle fait avec sa femme morte dans le même genre de réservoir.

En vrac

  • Dans le film, le secret des jumeaux est indiqué tout au long via des indices, notamment beaucoup de phrases à double sens. Dans le livre, c'est assez rigolo, astuce propre au support : on devine que le journal est écrit à tour de rôle par deux personnes différentes.
  • Dans le livre, la rivalité entre les deux magiciens est lancée par Borden qui démasque Angier en train de réaliser un simulacre de séance de spritisme. Dans le film, Borden tue accidentellement la femme d'Angier. Ambiance.
  • Dans le film, un des jumeaux Borden perd deux doigts suite à un accident sur scène provoqué par Angier. Pour préserver leur secret, ils emputent le second jumeau des mêmes doigts. J'adore ce détail. Ce n'est pas dans le livre.

Conclusion

J'adore le film. Moins fan du livre. Le film va au fond de ses personnages et de leurs obsessions qui les rongent (thème récurrent chez Christopher Nolan). Le livre me semble rester plus en surface. Reste la trame se déroulant dans le présent : une petite enquête assez prenante racontée en parallèle du reste de l'histoire. Mais ce n'était clairement pas le but du film de raconter ça.

Flux Atom

C'est par là